Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lachez les écrans lisez

Certains parents se demandent si faut-il se méfier des réseaux sociaux chez les jeunes ? Faut-il même leur accorder une grande liberté de surfer librement sur internet, là où ils ont accès à des informations douteuses ?

Si les adultes utilisent Internet pour s’informer et pour travailler, les jeunes utilisent également de moins en moins de livres et plus d'Internet pour faire leurs devoirs, mais pas que.

Avec l’avènement des réseaux sociaux qui occupent généralement plus de 70% de leur temps, les jeunes éprouvent maintenant une grande dépendance vis-à-vis de l’utilisation de ce média universel. Aussi, j’ai pris la peine de faire ma petite enquête pour voir ce qu’il en est.

De l’intérêt à la dépendance à Internet

Les nouvelles technologies sont excellentes parce qu'elles améliorent la vie des gens. Le problème provient de l'usage nocif qui peut être fait d'Internet, un emploi négatif dont les plus jeunes sont les plus vulnérables. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) affirme qu'une personne sur quatre souffre de troubles du comportement liés aux nouvelles technologies.

Et dans ce contexte, les réseaux sociaux y sont pour grandes choses. Alors, faut-il se méfier des réseaux sociaux chez les jeunes ? Peut-être bien, car maintenant, on recense aussi des affections beaucoup plus importantes, qui sont le résultat d’une utilisation intensive d’Internet, comme la somnolence, l’altération de l’humeur, la réduction des heures consacrées aux études, l’anxiété ou l’impatience due à la lenteur ou à la coupure de connexion, l’irritabilité en cas d’interruption, et la difficulté à quitter l’écran.

À cela s’ajoutent les informations malsaines et la désinformation qui leur font découvrir ou apprendre des choses incohérentes.

Fixer des horaires et se fier à la thérapie des livres

Afin de se détacher de cette addiction, j’ai pu recenser pas mal de mesures conseillées par des spécialistes. Tout d’abord, on a parlé de limite quant à l’accès à des sites, mais aussi à l'utilisation du téléphone mobile.

Des spécialistes préconisent d’ailleurs aux concernés de définir une durée maximale. On propose aussi de diversifier ses loisirs, de ne pas occuper tout son temps libre avec les nouvelles technologies. Les livres peuvent aussi être très intéressants bien plus qu’on ne le pense.

Et d’ailleurs, on peut y découvrir des informations qu’on ne peut trouver ailleurs, même sur Internet. La thérapie des livres se fait bien évidemment de manière progressive, mais pour que cette solution fonctionne de manière efficace, il faut que l’individu concerné y consente, et choisisse lui-même le livre susceptible de vraiment l’intéresser.

Au fil du temps, plus il s’habituera à cette nouvelle passion, plus il oubliera davantage cette addiction qu’il éprouve à la nouvelle technologie.

Écrire un commentaire

Optionnel